mardi 7 avril 2015

Ceci n'est pas un blog

Ce blog contient peu d'articles en révision afin d'éviter les répétitions. Une liste de Références classées par thèmes permet de se documenter. Les commentaires sont les bienvenus mais ils peuvent perdre du sens car je les utilise pour enrichir les articles.

Les articles :

Puzzle : verrouillage de la pensée, au delà de la "fabrication du consentement mis à jour le 12/03/2013.
... le blocage psychologique qui nous paralyse (éducation)

Pardon et culpabilité : le socle de l'esclavage moderne
... les moyens de parvenir à ce verrouillage

Education : un billet à venir inspiré entr'autres par Charlotte Iserbyt 

Esprit scientifique : il a disparu chez les "élites" qui cultivent l'imposture. mis à jour le 3 Novembre 2013
... tu ne comprendras pas

Nouvel ordre mondial (version ppm) : le jour de la liberté, tu feras ce qu'on te dira mis à jour le 4 Novembre2013
... après la spécialisation des individus, la spécialisation des nations

Fromage ou dessert : amour ou sexe. mis à jour le 2 Novembre 2013... tu ne jouiras pas, tu consommeras

Existence : le sens de la vie. 11 Novembre 2012.

Le mensonge de l'argent : comment les banquiers trichent. mis à jour le 17 Juillet 2012
... secret bancaire, secret divin

Arbeit macht frei : esclave du chômage mis à jour le 9 Juillet 2012
... reste à ta place

Santé : la médecine remplace la guerre. mis à jour le 12 Mars 2013
... gestion de la dépopulation et de la terreur

Science fiction : les extra-terrestres attaquent la terre. mis à jour (mineure) le 8 Août 2012
... une idée pour la prochaine crise mondiale

Apocalypse : ce que savaient nos ancêtres  16 Avril 2014
... et que les prêtres nous ont enrobé de religion

Libération : par le cul ou la tête, il faut comprendre esclavage
... la bonne conscience du bourreau

Unanimité : la musique des fascistes, le terrorisme intellectuel.
... l'empire du Bien, dirait Philippe Muray

Résilience : je n'aime pas Boris Cyrulnik

Le sexe des mots : le français est une langue qui pue. mis à jour 14 Mai 2013.

Canada Dry : manipulation démocratique.... comme à la messe, nous garder sous hypnose

Anthropomanie : l'Homme est un animal inférieur.

Charlie : Je ne suis pas Charlie

Anonymat : coup de gueule (anecdote)

Roman : résidus autobiographiques mis à jour le 14 Avril 2014

Références : mis à jour Avril 2014


Ceci n'est pas un blog (résumé de ce blog) mis à jour 17 Décembre 2013.

Penser, c'est commencer à désobéir. Le prêt à penser inonde les média, partout on nous explique ce qu'il faut croire ou ne pas croire : des mensonges fabriqués par des employés qui doivent rapporter au moins leur salaire pour le conserver. Si l'on refuse de consommer l'information on est vite menacé et sanctionné, tout comme le mauvais parent suggère d'abord à l'enfant par la méthode douce, et en arrive aux coups si la manipulation ne fonctionne pas. Dans le prolongement de la violence éducative ordinaire, les affaires de pédophilies sont classées dans l'indifférence générale. Car le droit de dire non est interdit aux enfants, pour leur apprendre la vie, l'amour de gré ou de force, avec papa, tonton, le curé, l'imam ou le rabbin. La prostitution est moche mais les abolitionnistes sont rares, et le viol consenti est le lot commun de la vie de couple. Qui entretient et profite de cette éducation violente ?

L'agriculture et l'élevage animal existe depuis 10 000 ans. L'élevage humain a suivi peu après, celui dont parle "Porcherie", la jolie chanson des Béruriers Noirs. Le porc n'a pas conscience que son fermier s'occupe de lui pour le manger, L'humain géré par la politique n'en a pas davantage conscience. Le mensonge intéressé existe donc dans le cerveau de l'homme depuis 10 000 ans et c'est également l'âge des premiers charniers : l’abattoir n'est pas loin de la porcherie. Prendre conscience de cette potentialité de manipulation change la perspective historique. Le niveau de conscience de chaque collabo est très variable, il y a quelques véritables salauds, et un grand nombre de suiveurs aux scrupules endormis par les avantages de la collaboration. Il existe enfin de vrais croyants qui croient dur comme fer au premier degré, en un dieu, un vaccin, une molécule, un produit, etc. Ceux là sont les plus efficaces pour pérenniser l'exploitation violente et inhumaine de la Porcherie car ils ont leur (in)conscience pour eux. Il est inutile de se battre contre eux, et cela fait même partie du plan des fermiers. Périodiquement des combats sont organisés pour réguler la natalité, supprimer les gêneurs (Jaurès), les mécréants, les négationnistes qui refusent de croire l'Histoire. Ces combats organisés s'appellent des guerres, des crises, des génocides, des révolutions. Ils ont même inventé la guerre froide, une fausse guerre, avec des bombes atomiques qui n'auront jamais servi, et pourquoi pas jamais existé. Quelle que soit la formule les fermiers tirent les marrons du feu, dépouillent les cadavres, font la morale et écrivent leur petite histoire. A-t-on jamais vu une religion ou un état démissionner après une guerre ?

Tous les besoins vitaux sont couverts dans notre civilisation post-industrielle. La capacité de production permet à une poignée de travailleurs de produire assez pour nourrir et loger tout le reste de la population : le chômage en est la preuve, sans parler du travail fictif de la majorité d'entre nous. Si l'humanité avait un véritable objectif de résultat, nous serions tous au travail à temps plein, or ce n'est pas le cas ! Trente pour-cent de la nourriture mondiale est perdue. Les exigences d'efficacité et de performance de notre société sont en contradiction avec le chômage : la productivité est utilisée par nos dirigeants pour augmenter le chômage ! Le salaire des derniers salariés surexploités leur suffit à peine pour vivre et les deux tiers du monde vit dans la misère. On s'interroge sur l'agriculture avec bon sens mais tous les domaines de l'activité humaine sont dans le même état : médecine, énergie, technologie, média sont frappés par la même impuissance. Pourtant la France vivait relativement bien il y a 100 ans, en autarcie et sans chômage, la vie des années folles devenait tellement belle que la "grande" guerre a du être fabriquée pour calmer tout ça, puis la "crise" de 29, puis la "drôle" de guerre, puis la guerre "froide", et enfin la guerre "économique", et après nous avoir fait deux fois le coup de la guerre "mondiale", maintenant la crise financière du même nom. Quel manque d'imagination ! Malgré les découvertes mirobolantes survenues depuis et bien souvent mises au crédit des guerres en cours d'Histoire, la situation de l'humanité n'est pas enviable. Qui a volé la surpuissance des outils de production et le produit de l'exploitation sauvage de la planète ?

1920, c'était bien.
Demandez le aux centenaires.
Les gonzesses n'étaient pas bouffies par la pilule.
Elles ne se faisaient pas arracher les seins en clinique par des cancérologues.
Elles ne passaient pas leur vie à remplir des poubelles.
Tout le monde mangeait, bio sans le savoir.
Même en Afrique ou en Haïti.
On naissait à la maison.
On jouissait.

Le mythe de la croissance éternelle est cultivé par nos maîtres afin d'entretenir notre esclavage pendant qu'une fange de nouveaux riches se goberge sans pudeur pour inscrire sa  supériorité dans nos esprits. Que faire quand la croissance est arrivée au sommet du gaspillage sur une planète aux ressources finies ? La destruction est la seule solution. Son alliée la peur créée de nouveaux besoins : armes, drogues, assurances, permis, licences, patentes, brevets, vaccins, retraites, anti-virus : cette activité humaine ne sert à rien, elle neutralise l'énergie à défaut de pouvoir la contrôler. Les puissants occupent leur temps à détruire le génie humain qui leur échappe, éradiquent les jeunes pousses qui mettent en péril leur domination, camouflent leur impuissance à créer par la destruction et l'obsolescence programmées. La complicité des banques dans le financement opaque de progrès factice est occultée par le sacro-saint secret bancaire soutenu par les profiteurs. Les légendes des nouveaux génies de l'histoire moderne entretiennent l'espoir là où le Loto a échoué. Bill Gates a inventé l'informatique dans son garage, et Steve Jobs a inventé la peinture blanche. Google vaut des milliards et pourtant ils sont partis de rien. Si nous ne sommes pas capables de réaliser de tels miracles, c'est probablement par manque de qualités entrepreneuriales. Jouons encore, la queue du Mickey semble si proche.

Les puissants ne sont pas différent de nous, issus de la même matrice, forgés un peu plus durement pour nous trancher sans peine. Ils sont les victimes revanchardes qui tentent de s'échapper de leur existence en débordant sur la nôtre. Ils recommandent de punir les enfants, ils construisent des prisons et des écoles avec le même esprit. Mais la véritable prison est dans la tête de tous. La justice est criée comme le pain qui manque, on organise la mise à mort des méchants, la guillotine sur la place publique est remplacée par l’exécution en direct à la TV, on paie des "grands reporters" pour aller filmer de près des génocides et on glorifie la mort du héros caméraman pourtant beaucoup moins probable que celle d'un pompier amateur. Notre société récompense les bons et punit les méchants pour donner l'illusion d'une bonne gestion. Mais que fait elle des autres ? Ceux qui veulent seulement vivre avec leur héritage parfois déjà lourd ? Par exemple on ne choisit pas d'être raciste, pédophile ou malade, on le subit généralement après avoir encaissé. On devrait avoir le droit d'appeler à l'aide pour se soigner mais personne ne veut l'entendre, tout le monde veut punir l'autre pour exorciser ses propres pulsions qui affleurent. Le peuple hurle d'autant plus fort à la peine de mort qu'il a les cuisses sales, il frappe les enfants et viole les femme quand ce n'est pas l'inverse, il veut voir la justice dans le cirque pour se persuader qu'il est bien spectateur dans l'arène, dans les gradins avec ses copains bruyants. Qui a transformé l'humanité en horde punitive ?

Nos maîtres nous vendent aussi le Progrès comme autrefois le Paradis. La peur est le carburant du "progrès", peur de la chose ou de la loi sa maquerelle. La peur est une émotion naturelle et protectrice quand elle est proportionnelle au danger. Mais la peur de mourir en mangeant un concombre espagnol ou un rosbif anglais n'est-elle pas overkill ? Que signifie la peur de tout perdre quand il nous reste si peu ? La paix sociale d'une nation réduite à la mendicité serait-elle si bon marché sans la peur ? Qui fabrique cette peur inhumaine ? Cette peur fabrique des collabos qui balancent, des adhérents qui cherchent une famille, des consommateurs qui achètent par peur de faire, des électeurs qui confient leur destin de peur de le vivre. Le mal de vivre exprime ce que les consciences refusent de dire : tout le monde est malade malgré le chauffage la nourriture et l'eau potable. La tromperie du progrès nous réduit en esclavage au profit de nouveaux prêtres psychotiques, shootés comme la pythie de Delphes. Quelle est la valeur ajoutée d'un emploi de bureau à triturer des chiffres et des lettres pour escroquer nos voisins ... qui font le même métier ? Quelle valeur créée le politicard véreux défoncé à la coke qui passe sa vie à partouzer et conserve la prétention de nous expliquer la vie ? La démocratie est-elle à ce point malade que seuls les professionnels de la politique pourraient la comprendre ? Je croyais au contraire la démocratie l'affaire de tous. Quelle est la valeur d'un médicament qui rend malade ? pourquoi dans le meilleur des mondes la santé de tous n'est-elle pas une évidence ? pourquoi l'hydre médicale qui prospère nous demande-t-elle avec une insistance menaçante croissante de donner pour ces nouvelles maladies qui poussent comme la misère dans la chair de nos enfants ? Plus on progresse plus la situation empire. Ne nourrit-on pas la bête immonde du progrès ?

En tant que scientifique, je me moque souvent de la thèse officielle par les incohérences qu'elle porte en elle. Je n'exclus pas non plus l'intentionnalité de laisser suinter la bêtise de la manipulation (canard enchaîné, mediapart, agoravox, rue89, wikileaks, wikistrikes, etc.) pour alimenter le prochain conflit. Mais si les événements exhibés frénétiquement étaient le fruit du hasard, on devrait obtenir une thèse officielle aléatoirement profitable aux tenanciers. Or, le rendement de l'histoire médiatisée est toujours optimal ! comme dans un film à gros budget. Cela signifie que les événements sont organisés. Il n'y a pas de hasard dans les événements médiatisés comme les attentats du 11 Septembre (WTC 911), pas de tsunami chez les amis (machine de Pamir, Haarp), pas de ministre cancéreux (sur diagnostique, DCA), pas de capture crédible pour Hitler, Bin Laden ou Kadhafi, pas de bombardement des châteaux royaux, uniquement de la planification. Jaurès, Kenedy, Mohammed Merah, Mesrine, Coluche, Ballavoine ou Bérégovoy ne diront pas le contraire car les morts ne parlent pas. Ce biais statistique prouve que ces événements sont déclenchés froidement par des salauds. Dans le prolongement de la naissance violente : mutilation sexuelle ou psychologique, maltraitance primale, vaccination précoce et sur-dosée, mort subite, éducation débilitante, dérapages, attentats, guerres, chambres à gaz et autres délires inexplicables : tout cela est planifié par les gens qui nous gouvernent et mis en scène pour nous garder sous emprise. Cette organisation criminelle est rendue possible par l'immense marge de manœuvre de l'outil de production qui finance l'appareil politique et industriel factice au service du simulacre. Même les femmes simulent sans savoir qu'elles ne jouissent pas, leur plaisir confisqué se retrouve marchandé dans la consommation, glorifié par la publicité, illustré par la pornographie, institutionnalisé par les joueurs de foot et les hommes politiques. Le harcèlement sexuel n'est plus un délit suite à la demande du député criminel Gérard Ducray. La mythologie moderne distillée par les média h24 est donc un mauvais film avec de vrais morts, sans parler des autres biais liés au choix éditorial, à la dilution dans les faits divers ou au masquage par le damage limitation : un travail de second couteaux laissé aux serviteurs zélés des rédactions.

Je ne cherche pas à démontrer comme le fait l'Histoire, cette vénale qui ronronne chez les vainqueurs et se moque bien des morts ... à l'exception de ceux de la Shoah dont le devoir de mémoire démontre la pureté du monde ... morts pour nos péchés comme Jésus sur la croix tandis que 50000 petits bronzés meurent de faim chaque jour malgré les vaccins injectés gratuitement par le bon docteur blanc -  un détail de l'histoire quotidienne et actuelle. On nous raconte qu'ils baisent comme des lapins, la controverse de Valladolid n'est pas close : elle a changé de cible. Fabriquer de fausses preuves quand on gagne la guerre n'est pas difficile, dans cette perspective une preuve historique ou scientifique n'est pas un argument qui peut remplacer la réflexion : Jésus aurait marché sur l'eau et Armstrong sur la Lune (la science est la nouvelle religion). Ces parfums frelatés ne couvrent pas l'odeur putride de l'humanité. Pourquoi ces mensonges de l'Histoire ?

La haine entre les humains est attisée par l'argent, avec l'aide fréquente des religions, l'antisémitisme fait du juif une exception destinée à un traitement spécial. Le chrétien ou le musulman a-t-il une religion inférieure ? on parle bien de religion et non de race - on est pas des nazis. Aux yeux de l'inquisition moderne je suis probablement suspect de racisme et d'homophobie car je n'ai jamais sodomisé un nègre avec volupté. Je suis révisionniste comme tout scientifique digne de ce nom, et négationniste si les histoires ne me plaisent pas. De même que l'antisémitisme est un concept raciste, le négationnisme est un concept fasciste : il donne le droit de condamner sans jugement et sans appel les personnes qui ne sont pas d'accord. En France il est interdit de contredire la thèse officielle sous peine d'être ridiculisé dans "la théorie du complot" qui est toujours opposée aux faits et aux preuves scientifiques déguisés en blouse blanche. Notons au passage le point d'accumulation sémantique de La théorie Du complot. Une seule théorie possible, un seul complot possible : celui qui s'oppose à la toute puissance des fascistes cagoulés qui nous gouvernent : il est urgent de devenir négationniste.

La dictature du Bien ne s'exprime pas de manière bruyante avec des bottes en cuir, mais elle gère l'exclusion et la destruction des anti-citoyens de manière aussi méthodique. La novlangue est enseignée à l'école, rabâchée par les média, sponsorisée par les budgets de l'éducation (Charlotte Iserbyt) favorisée par les réseaux sociaux et Google (qui héberge ce blog). L'accès à l'information est relativement ouvert afin de permettre la mesure de l'audience ... en attendant de passer à l'acte. Comment se passera le prochain nettoyage ? comme d'habitude à la faveur d'un état d'urgence qui permettra tous les abus. Les attentats du 11 Septembre ont validé le principe. La famine et la guerre civile induite par l'écroulement de l'euro et du dollar fera le reste.

Le collabo passera son chemin, dépouillé de l'estime de soi depuis la naissance, et paralysé par les dissonances cognitives de son conditionnement. Il se mentira à lui-même contre un salaire et un peu d'estime sociale, il paiera cher quelques produits pour aller mieux ou achever de se détruire. Il restera bien persuadé que si une situation se dégrade malgré un traitement, c'est par manque de force dans le traitement. Si un enfant tourne mal, il faut punir plus fort. Si l'économie va mal, c'est de la faute des chômeurs qui ne travaillent pas. Si on souffre de cancer ou de SIDA il faut vacciner plus fort. Pour perdre moins de soldats il faut en envoyer davantage. Etc. Ces recettes faciles qui donnent l'impression d'inverser la cause et la conséquence sont martelées dans tous les domaines au point d'en faire un nouveau mode de pensée. La réalité est un fait (conséquence) mais qui est utilisé comme un argument (cause). La réalité constitue l'hypothèse fausse du sophisme qui mène à prendre toujours la mauvaise décision et amplifie le désastre. Et le constat est là : le progrès technique permet en peu de temps à une personne seule de faire le travail de 100 personnes, les ressources naturelles sont offertes au saccage des "corporations" après des opérations de guerre chirurgicale à la machette. Mais pourtant tout le monde est à la rue au bord de la malnutrition et dans une grande détresse psychosomatique. Qui a volé le progrès en nous faisant penser à l'envers ?

Si vous prenez conscience malgré votre importance sociale d'être un programme dans "The Matrix", c'est que vous ne répondez pas à ces questions par vous-même, par découragement, par lassitude, ou par peur de voir une autre vérité. Si vous êtes fatigué de ne pas jouir de la vie, il faut commencer par effacer la peur qu'on vous a injecté dès le berceau. Il ne s'agit pas de la peur de sauter à l'élastique, ou de rouler bourré car n'importe qui peut le faire, dégouté de cette vie de merde. Je parle de la terreur décrite par Alice Miller (la peur de mourir) de dire non à ses parents, à l'autorité, au chef, au médecin, au professeur, au képi, au conjoint dominant, etc. car la liste est longue de tous ces fantômes de parents à qui on ose pas dire non et qui nous violent du matin au soir. Je parle de la peur d'être seul au point de s'encoupler avec n'importe qui, non affilié à un parti, une loge, une religion, une communauté. Toutes ces familles sont comme les musiciens du Titanic : destinés à mourir en musique pour sauver la première classe, et jouant d'autant plus fort que le bateau coule. On peut se libérer des croyances confortables, incroyables mais fausses, simplement en y répondant par soi-même, c'est l'objet de ce blog. Je vous propose d'engendrer une autre réalité par une réflexion sur des banalités quotidiennes (ex : Tours-Manchester à 12 euros) et non sur des "preuves" ou des "faits" constatés par d'autres qui sont majoritairement des mensonges diffusés comme naguère la platitude de la Terre. Toutes les bonnes réponses sont en nous, sinon comment pourrait-on les reconnaître ?

mercredi 7 janvier 2015

Charlie

Des agneaux ont été sacrifiés.

Ils se sont moqués gentiment de ce "terrorisme islamiste" monté de toutes pièces par le lobby de la guerre qui a besoin de sang pour survivre. C'est la vie, le justicier subventionne le terroriste pour ne pas se retrouver au chômage, tout comme le médecin rend malade, ou le garagiste sabote, c'est le business. Le banquier te file pas son sale pognon si tu n'encules pas un minimum ton prochain pour lui maintenir la tête sous la ligne de flottaison, faudrait pas que le peuple se lève !

La réplique instantanée aux dernier-dessin-terriblement-premonitoire-de-charb ressemble à une punition. Cette "prémonition" a été évoquée chez le professionnel Marc Olivier Fogiel sur RTL avant même la rigidité cadavérique le 7 Janvier. Les non moins professionnels qui ont fait parler les armes ne se sont pas formés à leur mission en quelques heures, ils étaient donc en selle depuis longtemps et attendaient le trigger, c'est la méthode classique.

Je ne prétends pas que ces attentats seraient une variante grossière des attentats du 11 Septembre car Bernard Henri Lévy n'a pas encore annoncé l'entrée en guerre de la France contre les esprits du Mal. Mais il y a la même blague nulle du terroriste qui perd sa carte d'identité (non recouverte par 4 millions de tonnes de gravats en feu, gag mal compris par le grand public). Et deux pauvres types façon Lee Harvey Oswald qui seront mis à mort sans sommation pour la Justice.

Cabu était un père spirituel pour moi, un modèle, une idole. Un homme bon, gentil, tendre, affectueux pour son beauf qui respire tellement le vécu. Tout le monde connait un beauf-de-Cabu, le genre qu'on est pote avec ... après quelques verres de vin rouge (augmenter le nombre de verre jusqu'à obtenir une franche camaraderie virile avec le chasseur alcoolisé mais néanmoins humain, je te jure sur la tête de ma mère qui est déjà morte).

Les pages Wikipedia sont immédiatement mises à jour par des professionnels auto-confirmés (les vrais gens qui ont essayé de poster sur wiki me comprendront). 25 minutes après la tuerie le logo est publié et le hashtag prend immédiatement la première place mondiale sur twitter. Or le ranking ne peut pas se fabriquer avant la statistique, cette propagation foudroyante sur le net n'est pas notre œuvre comme on nous le raconte, elle a été programmée par les professionnels de l'internet. Au final ce buzz très bien organisé est propulsé par employés payés pour le faire, hyper-réactifs au tarif astreinte, et mettant de côté leurs émotions devant l'urgence de répandre la mort. Une superproduction où tout le monde a été à son poste.

Deux semaines avant la tuerie, la loi de programmation militaire nous serre la vis avec une surveillance accrue. Une synchronisation qui pourrait faire penser à un programme. Hollande est le premier responsable du massacre, non parce qu'il serait impliqué, mais parce qu'il est président. Il devrait assumer sa fonction, et s'excuser auprès du peuple qui souffre tant. Au lieu de cela il s'empresse - dès le lendemain des assassinats - de signer le décret d'application de LOOPSI qui attendait sur son bureau le moment propice. Puis TAFTA, Monsanto, et les autres. Que la fête commence.

Le mobile de la tuerie est recevable, mais Charlie n’est pas le plus radical. Lors de la scission autour de Val, les « meilleurs » sont partis avec Siné (http://www.sinemensuel.com) qui est beaucoup plus hard et que j'adore. C’est la preuve que les cibles n'ont pas été choisies pour la gravité de leur offense. Et que dire de Bernard Maris, un économiste keynésien pas du tout aligné sur les enfoirés de la finance mondiale ? il ne dessinait pas lui, et il n'a jamais dit de mal du prophète. Quel est donc le mobile pour le mettre sur la liste ? Le terrorisme a besoin d'argent, et l'argent n'a pas d'odeur. Le meurtre de Bernard Maris doit donc être analysé différemment, comme un gêneur aux malversations financières, et en particulier à l'argent du terrorisme. Les réserves d'or de la France ont également disparues, 600 tonnes ayant été vendues pas cher par Sarkozy (le prix a doublé depuis la vente). Hollande continue. Que se passera-t-il si l'euro s'écroule ? Dès le soir même, le commissaire Helric Fredou chargé de l'enquête sur Charb se tire une balle dans la tête avec son arme de service. Affaire classée.

A qui profite le crime ? écoutons les médias, les profiteurs se battent déjà au micro - ils ont les clefs du studio © Dieudonné - et jouent les pleureuses aux côtés des agneaux survivants. Tous les amis de la bête financière seront là Dimanche : Hollande, Cameron, Merkel ... je n'irai pas défiler à leur côté.

Pour en arriver là, je pense que la bête immonde joue son va-tout pour nous contraindre à accepter sa domination financière. Tuer les cerveaux, c'est reconnaître qu'on est trop con pour les vaincre par l'intelligence.
compteur pour blog